Pôle d’appui Haute Ariège - DANE de l’académie de Toulouse

Histoire de la maintenance informatique de l’académie de Toulouse

et particulièrement celle de l’Ariège ...

jeudi 5 juin 2014 par pierre

IPT1 L’histoire commence le vendredi 25 janvier 1985 quand Laurent Fabius, 1er ministre du président Mitterrand présente à la presse son plan d’initiation à l’informatique pour le second degré.

Le besoin de maintenance créé par l’installation d’ordinateurs (Goupil) dans certaines intendances, débouche sur la création d’un poste au SIGAT/CRIA (Service d’Informatique et de Gestion de l’Académie de Toulouse/Centre Relais d’Informatique Académique). Déjà, l’Ariège était en première ligne puisque ce poste était occupé par le vétéran José Spelette (actuellement à l’AIDAT de l’Ariège). Il intervenait à lui seul sur la totalité de l’académie dès janvier 1985.

JPG - 26.4 ko
Goupil3

En septembre 1985, les nanoréseaux du plan "Informatique pour tous" et un déploiement massif pour la pédagogie de Bull Micral 30, de Thomson TO7/70, de Thomson MO5, de Goupil 3 renforcent la maintenance par 4 nouveaux arrivants, dont Patrick Slami (actuellement à l’AIDAT de l’Ariège) agent d’entretien à l’école normale de Foix. Ceux-ci assurent le premier niveau de maintenance, économisant ainsi des tickets de garantie (1 an) de la société de service n’étant pas sur site. Les premières pannes étaient souvent une connectique mal branchée, un interrupteur défectueux, une disquette insérée à l’envers, une soudure défectueuse, une résistance endommagée. Les pompes à dessouder et les fers à souder chauffaient à longueur de journée. IPT2 En 1986, les garanties arrivant à terme, le rectorat passe des contrats de maintenance (environ 200 € de nos jours par ordinateur pour 50 ordinateurs) avec TELSI, ALCATEL ou FAST.

Les collègues s’intéressent de plus en plus à la maintenance afin d’économiser de l’argent et deviennent de plus en plus compétents. Ils avaient été recrutés sur des postes d’OEA et d’OP.

Les travaux de maintenance se résumaient souvent par un remplacement de composants défectueux. Pour assurer une maintenance rapide et performante, les ordinateurs hors d’usage servaient de réservoir de stockage à pièces détachées. EMOP Délocalisées en département, les EMOP Informatique depuis fin 1985, vont se développer jusqu’à atteindre 25 personnes installées au cœur de nos huit départements.

En 1994, le rectorat met fin aux contrats de maintenance avec les sociétés, se rendant compte que les EMOP assurent une maintenance de qualité avec une maitrise des coûts. Les équipes sont un petit peu plus renforcées.

AIDAT En Septembre 2000, transformation des EMOP informatique en AIDAT (Assistance Informatique Décentralisée de l’Académie de Toulouse) composées d’un technicien Informatique Bureautique Audiovisuel (responsable), d’un enseignant et de 1 ou 2 ouvriers professionnels. Les volontés du rectorat étaient de créer, une AIDAT par bassin. En Ariège, une seule a été créée à Foix pour les deux bassins.

Les AIDAT ont une certaine autonomie financière. Un service spécial est géré par l’établissement support où la plupart des personnels sont rattachés.

En 2001, Patrick Slami obtient le concours de technicien et est affecté à Albi, son poste est vaquant pendant 1 an, occupé par Boris Marie en tant que contractuel. En 2002, Boris Marie obtient le concours d’OP Equipements Bureautique et Audiovisuel et est rattaché au Lycée Gabriel Fauré de Foix.

Les premiers serveurs étaient installés et paramétrés par personnels du rectorat, mais, progressivement, de plus en plus de compétences sont données aux personnels des AIDAT, tout comme le paramétrage des matériels actifs réseaux.

En 2004, Pierre Leutard, gestionnaire du réseau du LP Irénée Cros de Pamiers et pôle d’appui associé, vient sur le poste de professeur, occupé au préalable par un contractuel. Patrick Slami revient sur l’Ariège pour occuper le poste de responsable.

Cette année là, le nombre de personnels dans les AIDAT de l’académie s’élève à plus de 50 personnes.

Les réseaux des établissements, notamment les collèges, montent en puissance, le Conseil Général de l’Ariège équipe de plus en plus, les établissements, tout comme le Conseil Régional. Les réseaux s’imposent et le système d’aide à la gestion MAGRET (Module d’Aide à la Gestion des Réseaux d’Établissements) se généralise.

En 2004, phase 2 de la loi de décentralisation, tous les personnels TOS de catégorie C sont décentralisés vers la fonction publique territoriale. Les personnels concernés en AIDAT sont transférés au rectorat de Toulouse. Ces derniers ne bénéficient pas ainsi des avantages des collectivités territoriales.

En 2009, une intégration/détachement dans le corps des ITRF (Ingénieurs et personnels Techniques de Recherche et de Formation) est proposé aux techniciens et aux OP des AIDAT. Certains acceptent une intégration, d’autres un détachement, les indécis s’interrogent.

Depuis plus de 10 ans, nous assurons le déploiement des dotations des collectivités en proposant un catalogue de logiciels pré-installés de plus 100 titres.

A ce jour, les quatre personnels de l’AIDAT de l’Ariège ont installés et maintiennent plus de 5000 machines (serveurs et stations) dans le second degré. Nous assurons également, la maintenance de plus 500 ordinateurs répartis dans les écoles du département.

Demain ... l’histoire va continuer sans nous. Peut-être ne serons-nous pas loin mais toutes les AIDAT fermeront leur porte à la fin de l’année scolaire 2014/2015.



Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | visites : 136571

Site réalisé avec SPIP 1.9.1 + ALTERNATIVES

RSSfr